Piblange - Bockange - Drogny - Saint-Bernard - Le Streiffel

logo du site
  • Piblange - Bockange - Drogny - Saint-Bernard - Le Streiffel
  • Piblange - Bockange - Drogny - Saint-Bernard - Le Streiffel
  • Piblange - Bockange - Drogny - Saint-Bernard - Le Streiffel
  • Piblange - Bockange - Drogny - Saint-Bernard - Le Streiffel
  • Piblange - Bockange - Drogny - Saint-Bernard - Le Streiffel
  • Piblange - Bockange - Drogny - Saint-Bernard - Le Streiffel
  • Piblange - Bockange - Drogny - Saint-Bernard - Le Streiffel
  • Piblange - Bockange - Drogny - Saint-Bernard - Le Streiffel
  • Piblange - Bockange - Drogny - Saint-Bernard - Le Streiffel
  • Piblange - Bockange - Drogny - Saint-Bernard - Le Streiffel
  • Piblange - Bockange - Drogny - Saint-Bernard - Le Streiffel
  • Piblange - Bockange - Drogny - Saint-Bernard - Le Streiffel
  • Piblange - Bockange - Drogny - Saint-Bernard - Le Streiffel

Accueil du site > Forêt Communale > Présentation générale - cartes

Présentation générale - cartes

PRESENTATION :

La gestion d’une forêt à long terme ne peut se concevoir sans un guide. Ce guide, pour les forêts relevant du régime forestier, s’appelle un aménagement, il couvre actuellement la période 2008 - 2022. Il fait le point sur l’état de cette forêt et formalise les choix de gestion qui ont été faits avec la commune en fonction des possibilités matérielles (peuplements forestiers, sols, écologie, paysage etc.) et de la nécessité d’une gestion patrimoniale .Une fois le cap donné, il sera alors appliqué pendant toute sa durée de validité pour se rapprocher des objectifs précisés. Ceux-ci sont prévus au mieux, mais l’homme ne peut ni tout prévoir, ni se garantir contre tous les aléas. La tempête du 26 décembre 1999 en est un exemple dramatique.

La forêt communale de Piblange est une forêt feuillue sur l’essentiel de sa surface, à majorité chêne, en mélange avec le hêtre, le charme et le frêne dans des proportions variables et quelques feuillus précieux disséminés (merisier, érable champêtre, alisier torminal). Elle est composée d’un ensemble de 26 parcelles forestières pour une surface cadastrale de 128,86 ha, situées entre 250 et 315 m d’altitude .

Elle est formée de 4 massifs : • Les parcelles 1 à 10 (canton du Fusspfad et du Tiefentall), au Nord et Nord-Ouest du village, jouxtent la forêt communale de Hestroff. • Les parcelles 11 à 18 (canton du Huehnerbusch), au Sud Ouest du village, jouxtent la forêt domaniale de Villers Befey. • Les parcelles 19 à 23 (coupe de Bockange), au sud ouest du village de Bockange, jouxtent elles aussi la forêt domaniale de Villers Befey ainsi que la forêt communale de Burtoncourt. • Les parcelles 24 à 26 (canton du Kaiserwald), à l’Est de Bockange, jouxtent la forêt communale de Mégange.

PDF - 1.2 Mo
carte IGN

La forêt communale de Piblange repose sur des matériaux géologiques d’âges et de natures variés : en effet, on retrouve sous la forêt différentes formations de l’étage du Trias, à savoir, les marnes à sel gemme et à gypse et les marnes bariolées du Keuper. Le lias est également représenté par le grés rhétien et des placages limoneux du quaternaire sont également présents. Les objectifs de production de bois d’oeuvre et de protection des paysages sont les principales fonctions de cette forêt, on différencie en gros 2 groupes de parcelles en forêt :
- les parcelles classées en régénération (en bleu sur la carte jointe) : les plus vieillies ou en mauvais état sanitaire, prévues à être entièrement ou en partie renouvelée pour laisser la place à des jeunes arbres issus de graines (glands pour le chêne ou faînes pour le hêtre par exemple) ; leur passage en coupe est déclenché par l’avancement des fructifications des arbres sur ces parcelles ;
- les parcelles classées en amélioration : les plus jeunes (entre 0 et 30 ans environ) ne donneront pas lieu à des récoltes mais encore à des travaux d’investissement ou d’entretien (jeunesse), les autres pourront être parcourues à intervalles réguliers (6,8 ou 10 ans) par des coupes d’éclaircies et produiront du bois d’oeuvre, du bois de chauffage ou du bois pour l’industrie. Toutes donnent lieu annuellement à une inscription à "l’état d’assiette" proposée par le gestionnaire et validées (ou non) par la commune, comme tous les travaux ou exploitations qui parcourent la forêt.

La gestion de la faune (par l’intermédiaire d’un locataire de la chasse communale, cf page "chasse communale" ) et l’utilisation par des randonneurs ou des familles de certains sentiers balisés ou non font aussi partie des usages reconnus de la forêt, dans le respect réciproque des différents usagers.

UN PEU D’HISTOIRE :
- avant 1870, les forêts sectionnales de Bockange et de Drogny était traitées en taillis-sous- futaie. Sous le régime allemand et vers 1870, la conversion en futaie a été débutée dans les deux forêts sectionnales. Un règlement d’exploitation a été établi en 1939 pour la période 1940-1963 pour la section de Bockange (parcelles actuelles 19 à 26).
- la section de Drogny (parcelles actuelles 1 à 18) a été l’objet d’un aménagement pour la période 1940-1965.
- au cours de la période 1966 – 1989, le rendement moyen de la forêt a été de 2,87 m3/ha/an pour les sections de bockange et drogny
- dernier aménagement : 1991-2005 pour 132,21 ha : les différentes sections sont alors regroupée en "forêt communale" avec un seul aménagement ; la récolte s’est élevée entre 1995 et 2006 à 394 m3/an (soit 3,7 m3/ha/an).

AMENAGEMENT EN COURS : prévisions 2008 - 2022.

PDF - 169.5 ko
carte d’aménagement

• Effort de renouvellement : 21,14 ha
- parcelles 6 (dont 4,36 ha d’acquis) et 7 ( dont 3,83 ha d’acquis), 21,22 à terminer soit 13,25 ha
- parcelles 11, 14A, 15, 16 à entamer sur 50 % de leur surface soit : 7,89 ha, soit une récolte totale estimée à 706 m3/an

. Programme des coupes d’amélioration : passage de 8,12 ha/an, soit une récolte estimée à 313 m3/an

. Recettes et dépenses prévisibles : Recettes : 29723 €/an Dépenses de travaux : 11642 €/an

DIVERS : Le gestionnaire devra porter une attention particulière à la protection des ruisseaux en y évitant les passages des engins forestiers et les dépôts de rémanents d’exploitation. Exception faite des cas de risque sanitaire pour les résineux , il sera utile de conserver des arbres creux, troués ou morts (en moyenne, 2 arbres creux/ha et 1 gros arbre sénescent ou mort/ha, sans valeur) en faveur des pics, autres oiseaux, chauves-souris, et plus généralement de la petite faune et de la flore (lichens, champignons vivant sur les bois morts, mousses...). Le lierre ne doit pas être éliminé. Non seulement il n’étouffe pas les arbres (sauf arbres peu vigoureux et déjà dépérissant), mais il a un rôle important dans l’équilibre biologique général de la forêt.

Pour tout renseignement complémentaire, prendre contact avec un membre de la commission forêt de la commune (cf site, rubrique "commune",page "commissions").



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF